courrier reçu par le président du conseil syndical le 5 janvier 2015

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

courrier reçu par le président du conseil syndical le 5 janvier 2015

Message par Le-mOiNe le Jeu 15 Jan - 7:37

Bonjour à toutes et tous, après plusieurs semaines sans réponses aucune de la part de Nexity, le directeur d'agence m'envoie ceci :

"
Mr Anthony ABAD
127 Avenue pierre dumond
69290 Craponne

LYON, Le 04/11/2014

Cher Monsieur,
En ma qualité de Directeur des agences NEXITY Lyon POINT DU JOUR et NEXITY LYON TETE D’OR, je me permets de porter a votre connaissance des faits pour lesquels j’ai été alerté par ma collaboratrice en Ia personne de Madame Cécile IZQUIERDO.
Cette dernière m’informe rencontrer des difficultés de communication avec vous-mème dans le cadre de vos échanges professionnels, formulés notamment par courriers électroniques en date des:
• 29/08/2014
• 6/10/2014
• 8/10/2014
• 16/11/2014
• 211212014
• 9/1212014
Elle m’informe également apprehender fortement les discussions susceptibles d’intervenir dans le cadre de vos entrevues, reunions ou assemblées génerales, et rendent difficiles l’exercice de ses missions.
En qualité de Directeur, représentant de I’employeur, je suis dans l'obligation eut égard aux dispositions légales en vigueur relatives au Droit du travail de préserver les conditions de travail de mes collaborateurs, et de prendre toutes les mesures et dispositions nécessaires pour respecter mon obligation de sécurité et faire cesser le trouble, dès lors que j’en suis informé.
En l’espèce, et souhaitant sincèrement privilégier les consensus plutôt que les contentieux, je vous remercie d'apporter toute l'importance qu’iI convient à cette correspondance, Madame IZQUIERDO me précisant de plus avoir toujours entretenu des rapports trés cordiaux avec l’ensemble des copropriétaires, personnes physiques, de la résidence EDEN QUEST, et que vous êtes le seul de la résidence avec lequel elle rencontre ces difficultés.
Je vous informe rester a votre disposition afin que nous puissions nous rencontrer et définir des modalités d'échanges et de communication, plus sereines et constructives.
Enfin, et a la lecture des échanges de courriers électroniques que vous avez avec Madame IZQUIERDO, je me permets de vous préciser qu’en notre qualité de syndic, nous sommes soumis a une obligation de moyen et non de résultat, ne pouvant et n’ayant a assumer la responsabilité des défaillance ou délais d’intervention ou de réaction des tiers intervenants sur votre copropriété,
Je vous souhaite bonne réception de la présente, et vous prier de croire, Cher Monsieur, en l'expression de mes salutations distinguées.
Anthony IENTILE
Directeur d’agence"


Dernière édition par Le-mOiNe le Jeu 15 Jan - 7:41, édité 1 fois

_________________
Anthony ABAD
président du conseil syndical

Le-mOiNe
Admin

Messages : 175
Date d'inscription : 13/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://eden-ouest-craponne.forumfamille.com

Revenir en haut Aller en bas

la réponse que j'ai donné à ce directeur d'agence remis en main propre contre signature le 12 janvier

Message par Le-mOiNe le Jeu 15 Jan - 7:39

A l’attention de Mr Anthony IENTILE
NEXITY Lyon point du jour
51 Avenue du point du jour
69005 LYON

mardi 06 janvier 2015



Lettre remise en main propre en 2 (deux) exemplaires contre décharge




Objet : Réponse au courrier daté du 04/11/2014 (Cf. copie, ci-joint page 4 et 5/11)
Demande de réponses complémentaires.
Retour sur anomalies et/ou erreurs constatées.


Monsieur le Directeur,

Il y a quelques temps, dans d’autres contextes et en d’autres qualités, j’ai eu l’opportunité de vous écrire. Je fais allusion au courrier transmis en main propre à Nexity le 9/05/2014 (Cf. copie, extrait ci-joint page 6/11) et vous étant personnellement adressé, courrier qui, je me permets de vous le rappeler, n’a pas su obtenir réponse écrite de votre part, j’y reviendrai plus amplement dans ma composition.

D’entrée rédactionnelle, je vous propose de saluer la diligence qui a accompagné et aussi contribué à la bonne réception de votre courrier daté du 4 novembre 2014 dernier, reçu par mes soins ce 5 janvier 2015 dernier (Cf. copie, ci-joint page 4 et 5/11). En effet, j’avais été prévenu que vous prendriez contact avec moi dès le 08 octobre 2014, cela fait donc trois mois que j’attends.

En retour réactif à votre courrier du 4 novembre dernier et que j’ai essayé de lire et comprendre au mieux, je pense, avec pondération et de manière bien réfléchie, que les éléments qui s’y trouvent demeurent incomplets et/ou lacunaires et/ou erronés.

En effet, le dit courrier étant daté du 04 novembre 2014, le bon sens et mon entendement me commandent d’être très prudent, fort réservé et bien interrogatif concernant son contenu dans lequel vous faites état de courriers électroniques datant du 16/11/2014, 2/12/2014, 9/12/2014. Ces dates postérieures (jusqu’à un mois) à votre courrier, m’inquiètent fortement quant à votre intérêt pour cette correspondance, pour laquelle vous indiquez « me remercier d’apporter toute l’importance qu’il convient », aussi et par conséquent, sachez que je serai honoré que vous en fassiez autant.

Considérant et constatant en deuxième ligne de votre missive (Cf. copie, ci-après page 4 et 5/11), que vous, Monsieur le Directeur, faites état de « faits » portées à votre attention par Madame Cécile IZQUIERDO, votre collaboratrice. Je crois comprendre, de votre courrier, que les faits en questions sont « des difficultés de communication ». Aussi, j’en profite pour vous éclairer sur l’anecdote que, mes communications avec votre collaboratrice ne peuvent être caractérisées par vos soins tel que dans votre courrier par « vos échanges professionnels » car, je ne suis pas dans mon cadre professionnel.
Pour autant, si les difficultés de communication de votre collaboratrice sont les faits que vous vous permettez de porter à ma connaissance, sachez, Monsieur le Directeur, que je vous en ai déjà fait état dans mon courrier du 9 mai 2014 (Cf. copie, extrait ci-joint page 6/11) en tout premier point qui plus est, soit il y a 8 mois maintenant.

Considérant et constatant que vous évoquez six courriers électroniques, je vous saurais gré de bien vouloir joindre, citer et préciser clairement quelle(s) problématique(s) posent ces emails.

Considérant et constatant sur votre lettre, que votre collaboratrice, en la personne de Madame Cécile IZQUIERDO, et pour reprendre vos termes, appréhende fortement les discussions susceptibles d’intervenir dans le cadre des entrevues avec le Président du Conseil Syndical, réunions ou assemblées générales, appuyé par le fait écrit dans votre courrier que cela lui rend difficile l’exercice de ses missions, je vous invite à éviter une possible défaillance du syndic par absence de réponse(s) au(x) question(s) du Président du Conseil Syndical, élu par les membres du Conseil Syndical et, dans le cas présent, sans même s’être porté volontaire à cette qualité.
Aussi, c’est au syndic de s’adapter aux demandes du Conseil Syndical et de son Président et non l’inverse. Si une demande est hors du cadre des missions du syndic, il convient de le préciser en réponse à la demande, et d’assurer la mission d’obligation de conseils en lien avec la demande.
Aussi je vous fais savoir ma surprise à votre lecture car, à mon humble avis, un professionnel qui satisfait ses clients n’a aucune raison d’appréhender des entrevues, à l’inverse, ce même professionnel prend le risque de se le faire reprocher.

Considérant et constatant que vous, Monsieur le Directeur, souhaitez faire cesser un « trouble », je vous saurais gré de bien vouloir expliciter et préciser clairement de quel trouble il s’agit, sans quoi je ne pourrai vous apporter mon aide et soutien, dans la mesure de mes possibilités et en ma qualité de représentant du « client ».

Considérant et constatant que votre collaboratrice, en la personne de Madame Cécile IZQUIERDO, vous précise qu’elle a toujours entretenu des rapports très cordiaux avec l’ensemble des copropriétaires, sinon moi, j’avoue être déconcerté.
En effet, comme explicité dans mon courrier du 9 mai 2014 (Cf. ci-après, extrait page 6/11) qui souligne clairement l’impossibilité d’obtenir des réponses et d’entrer en contact avec cette dernière, aussi j’imagine difficilement et n’ai pas connaissance de copropriétaire allant jusqu’à entretenir des rapports, qui plus est « cordiaux » avec votre collaboratrice, c’est pourquoi je me permets de mettre en doute le fait qu’elle entretienne ces rapports avec l’ensemble des copropriétaires tel qu’écrit dans votre courrier.
Pour autant, les rapports que votre collaboratrice, en la personne de Madame Cécile IZQUIERDO, entretient avec le conseil syndical ou son Président ou les copropriétaires n’ont pas à être cordiaux, ni amicaux, ni chaleureux, mais seulement professionnels, c'est-à-dire des rapports de clients à son prestataire de service et vice-versa. Nous ne demandons pas à notre syndic d’être cordial, mais professionnel, efficace et disponible.
Aussi et si vous, Monsieur le Directeur, considérez que j’ai pu formuler des demandes anormales, être vulgaire ou impoli, je vous saurai gré de bien vouloir me transmettre par écrit, citer et préciser clairement ces éléments inadéquats, après étude et analyse, je présenterai mes excuses à la personne concernée si nécessaire. Cependant, si les difficultés de Madame Cécile IZQUIERDO résident dans son incapacité à répondre à des questions complexes, il vous appartient effectivement en tant qu’employeur, de mettre ses compétences à situation d’accomplir les missions qui lui sont dévolues.
Par ailleurs, j’ai été élu en qualité de Président du Conseil Syndical pour, en autres, être porteur de la satisfaction ou du mécontentement des copropriétaires sans détour aucun. Si la seule écoute de ce mécontentement suffit à irriter certaine sensibilité, une remise en question est nécessaire.

Considérant et constatant que vous, Monsieur le Directeur, m’informez rester à ma disposition afin de nous rencontrer et de définir des modalités d’échanges et de communication, plus sereines et constructives. Je tiens à vous remettre en mémoire que nous avons déjà pris rendez vous dans cet objectif, à ma demande. C’était le 13 juin dernier à 16h30. Vous, Monsieur le Directeur, vous êtes fait excuser une heure et demi avant le rendez vous par votre collaboratrice, en la personne de Madame Cécile IZQUIERDO. Vous, Monsieur le Directeur, n’avez jamais tenté de reprendre un rendez-vous de remplacement. J’ai donc considéré et constaté l’absence d’intérêt et de considération d’un Directeur d’agence, ce qui a pu m’éclairer sur les actes et le positionnement de ses collaborateurs.
Pour autant, j’ai fait le nécessaire pour, je reprends vos termes, rencontrer et définir des modalités d’échanges et de communication, plus sereines et constructive avec votre collaboratrice. Ce rendez vous s’est très bien déroulé et cette dernière m’a paru à l’écoute et disposée à faire évoluer ses pratiques. Cependant dans les actes rien n’a changé, à titre d’exemple, votre collaboratrice m’avait dit qu’elle me confirmerait réception des demandes et mails mais ne le fait jamais, car elle serait dans l’incapacité de débloquer 8 secondes (après calcul sur la base de ses données) par jour pour notre copropriété, aussi il est possible qu’elle est une charge de travail ne permettant pas d’assurer au mieux ses missions.

Considérant et constatant que vous écrivez « une obligation de moyen et non de résultat », je vous informe ne pas avoir les mêmes connaissances de vos obligations en tant que syndic professionnel. Il s’agit pour moi d’une obligation de moyenS et non de résultat ce qui en change considérablement le sens. D’ailleurs vous, Monsieur le Directeur, faites à nouveau état d’échanges de courriers électroniques que j’ai eu avec votre collaboratrice, en la personne de Madame Cécile IZQUIERDO, aussi et à nouveau, je vous saurais gré de bien vouloir joindre, citer et préciser clairement quelles emails et sur quel(s) sujet(s) vous estimez qu’il est nécessaire de m’apporter cette précision, que j’imagine, vous pensiez ne pas être à ma connaissance.

Considérant et constatant, chroniquement et de façon répétée, le manque de sérieux et le peu de cas, sans maintenant surprise aucune, en sus et à titre de rappel et nouvelle relance, que je reste toujours dans l’attente d’une réponse satisfaisante à certains points de mes emails (Cf. copie, ci-joint page 7 à 11/11 pour exemple et parmi tant d’autres).


Ainsi, en cette fin de rédaction et dans l’intérêt commun et général, je reste dans l’attente de vous lire, très promptement et de manière satisfaisante et tout en plaidant, à nouveau, pour une encore meilleure évolution des choses, je vous prie d’agréer, Monsieur le Directeur, mes salutations qui s’imposent.




Anthony ABAD
Président du Conseil Syndical



Copie pour information et/ou suivi : Qui de bon et plein droit au niveau local et national dont, les membres du conseil syndical, les copropriétaires de la résidence EDEN OUEST notamment par mise en ligne sur le forum de la copropriété, la DGCCRF, l’ARC, des conseils juridiques.

_________________
Anthony ABAD
président du conseil syndical

Le-mOiNe
Admin

Messages : 175
Date d'inscription : 13/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://eden-ouest-craponne.forumfamille.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum